Maison particulière ferme ses portes

Ivan Navarro © Courtesy Galerie Daniel Templon

Ivan Navarro © Courtesy Galerie Daniel Templon

Après six ans d’activité, un dernier accrochage est visible en ce moment au sein de la très belle Maison particulière du couple Myriam et Amaury de Solages, dans le quartier du Châtelain à Ixelles. « From here to eternity » est l’aboutissement d’un chemin commencé avec « Origine(s) » en avril 2011. Par sa durée de plus de six mois et par le nombre réduit d’œuvres présentées (30) et d’artistes conviés (19), cette exposition est à la fois une continuation, une première et une dernière. « Amaury et moi-même avons estimé, au bout de six ans, que nous avions exprimé, mis en lumière et expérimenté une manière originale de donner à voir et ressentir l’art dans une maison. Nous avons dit ce que nous souhaitions dire : montrer et apporter un autre regard, subjectif et libre, ludique et décomplexé, sur l’art, ceux qui le vivent et ceux qui le créent. Cette démarche singulière a petit à petit rencontrée estime, succès et la bienveillance du public. Comme nous avons commencé, nous terminons, en toute liberté, car nous pensons être allés au bout de cette passionnante aventure. » Pour ces adieux, Maison Particulière a souhaité interroger les artistes directement sur la question de l’éternité. Leurs témoignages sont retranscris au fil du parcours. Des mots, en désordre, témoignent de leurs réponses : vertige, vide, légèreté, une autre dimension, les cavernes et les miroirs, le fini et l’infini, l’abîme, l’abandon, la perte … enfin ici et maintenant, peut être est-ce là l’éternité ? Mais pour aborder une autre éternité, celle des œuvres qui ont traversé les siècles et sont parvenues jusqu’à nous, sont présentées dans cet accrochage quelques pièces d’antiquité chinoises généreusement prêtées et choisies par Mme Gisèle Croës, témoignant encore de la volonté de Maison Particulière à n’avoir aucune frontière, à multiplier les regards. Car, comme l’exprime Jean-Baptiste Bernadet, en empruntant les mots de Marcel Proust : « Grâce à l’art, au lieu de voir un seul monde, le nôtre, nous le voyons se multiplier, et autant qu’il y a d’artistes originaux, autant nous avons de mondes à notre disposition, plus différents les uns des autres que ceux qui roulent dans l’infini, et qui bien des siècles après qu’est éteint le foyer dont ils émanaient, qu’il s’appelât Rembrandt ou Vermeer, nous envoient leur rayon spécial. » L’amour de l’art, c’est le prisme à travers lequel Maison Particulière propose de regarder le monde. C’est la diversité des regards, des styles, des écoles, des époques, des tendances. Telle est la devise, s’il devait y en avoir une, de Maison Particulière.

> Jusqu’au 30 avril chez Maison Particulière, 49 rue du Châtelain à 1050 Ixelles.