Le MiLL fête ses 30 ans !

Idel Ianchelevici © Musée Ianchelevici © Photo Bernard Vanroye

Idel Ianchelevici © Musée Ianchelevici © Photo Bernard Vanroye

Qu’est-ce donc que le MiLL ? Un musée encore peu connu sous cette appellation, qui date de 2016, mais qui n’est autre que le Musée Ianchelevici de La Louvière. Depuis 1987, cette institution s’emploie à diffuser l’œuvre de l’artiste d’origine roumaine Idel Ianchelevici (1909-1994). En 30 ans, l’institution a largement dépassé sa vocation monographique pour devenir un centre d’art actuel. Ancrée dans la modernité, l’institution porte depuis 2016 l’acronyme MiLL, reflet de ses multiples missions. Un nom facile à retenir pour un musée accessible à tous. Cette année, l’œuvre de Ianchelevici, qui constitue la collection permanente du musée, sera le fil rouge d’une programmation d’événements éclectiques. Quatre artistes issus d’horizons très différents seront invités à s’exprimer en regard des œuvres de l’artiste roumain : Claudine Peters-Ropsy, Aimé Mpane, Dany Danino, puis enfin Régis et Francis Pedros se succéderont aux cimaises. Du côté des expositions temporaires, la période africaine de Ianchelevici et son amitié avec le peintre russe Léopold Survage serviront plus particulièrement de prétexte à la présentation de deux expositions monographiques d’envergure. La première, au printemps, sera consacrée au sculpteur congolais Aimé Mpane qui se partage entre Kinshasa, Bruxelles et les États-Unis. La seconde, en automne, remettra en lumière l’œuvre peint de Survage. Enfin, des expositions collectives laisseront la part belle aux démarches actuelles. En été, dans la cadre de la biennale ARTour, Baudouin Oosterlynck sera la figure centrale d’une manifestation qui mêle collection, expérience multisensorielle et art contemporain. Et pour débuter la saison anniversaire, en février 2017, le concours Jean et Irène Ransy permettra à des plasticiens de moins de 45 ans de mettre en évidence leur pratique de la peinture figurative au sein d’une exposition collective. Notons également que les expositions consacrées à Aimé Mpane et Baudouin Oosterlynck seront adaptées au public déficient visuel, démarche que le musée poursuit depuis 2010 pour rendre ses collections plus accessibles. L’année 2017 est définitivement l’occasion de se rendre à La Louvière…

> Musée Ianchelevici, 21 place communale à 7100 La Louvière. Agenda complet des activités sur www.ianchelevici.be